Assemblée    Chrétienne

Église protestante évangélique

Derniers témoignages

 Apprenez ici ce que Dieu a fait dans la vie de chrétiens qui lui ont fait confiance...

Salvatore – un accident qui aurait dû être fatal et une guérison surprenante

Je m’appelle Salvatore et je travaille comme aléseur-fraiseur tourneur dans une société de métallurgie. Il y a environ 9 mois (nous sommes maintenant le 15 mai 2006), je travaillais sur un tour quand un accident grave se produisit. Un tour est une machine puissante servant à façonner des pièces métalliques. La pièce est montée sur le tour et se met en rotation à très haute vitesse devant un outil de coupe. Pris par mon vêtement, j’ai été emporté dans le tour en rotation. Celui-ci faisait environ cinq mètres de long. J’ai fait trois tours dans la machine avant qu’elle ne m’expulse. Le tour tournait tellement vite qu’il a complètement arraché le haut de mes vêtements. Ceux qui connaissent cette machine savent qu’un tel accident a toutes les chances d’être fatal. Moi-même, je pensais que j’allais mourir. Les urgentistes étaient eux-mêmes étonnés de me trouver encore vivant.

Je me suis retrouvé à l’hôpital aux soins intensifs. Le médecin qui s’occupait de moi disait à mon épouse que, vu la gravité de l’accident, il devait y avoir eu quelqu’un qui veillait sur moi dans le ciel. Le diagnostic était un décollement du poumon, quatre côtes cassées, une luxation et une fracture de l’épaule gauche. L’épaule droite, quant à elle, était en miettes. Les os étaient pulvérisés. J’avais aussi une plaie ouverte au niveau du biceps et une ouverture sur les deux côtés de la tête.

Le problème majeur était l’épaule droite. Dans le pire des cas, il fallait amputer, dans le meilleur des cas, placer une prothèse. Il fallut attendre la guérison des plaies et la stabilisation des paramètres vitaux avant de pouvoir envisager l’opération. Trois mois plus tard, on a procédé à l’opération. Le soir avant l’intervention, Dieu m’avait montré que je garderais la tête de mon humérus. Cependant, tout était prêt pour placer la prothèse. Quand le chirurgien ouvrit l’épaule, il s’attendait à trouver des fragments d’os nécrosés et inutilisables. Quelle ne fut pas sa surprise quand il s’aperçut que tous les fragments d’os et les tissus était encore en vie et ne présentaient aucune trace de nécrose. Il resta un long moment à réfléchir, puis décida de ne pas placer de prothèse. Je me suis réveillé après l’opération et, comme Dieu me l’avait montré, on ne m’avait pas placé de prothèse. Quelques jours plus tard, le chirurgien, toujours étonné de ce qu’il avait vu, me dit « Bénissez le Seigneur pour votre cas ! »

Mirella – totalement guérie de la maladie de Crohn

Je m’appelle Mirella. Il y a huit ans – et nous sommes maintenant en 2006 –, j’ai été hospitalisée suite à une violente douleur du côté droit de l’abdomen. Après une semaine d’examens pénibles, les médecins ont diagnostiqué une maladie de Crohn.

La maladie de Crohn est une inflammation chronique de l’appareil digestif. Dans mon cas, c’était le colon qui était touché et des ulcérations se développaient. Il faut savoir que, d’un point de vue médical, la maladie de Crohn est réputée incurable et que les récidives sont fréquentes. J’ai dû suivre un traitement médical sérieux et être contrôlée par un spécialiste de façon régulière. Après quatre ans, la maladie sévissait toujours. J’ai alors assisté à une réunion chrétienne dirigée par un serviteur de Dieu. Celui-ci appela les malades à s’avancer pour recevoir la prière. Je me suis avancée. Dès qu’il eut prié pour moi, je savais que Dieu avait agi dans mon corps et que j’étais guérie. Mais avant d’en parler publiquement, j’ai préféré attendre le prochain examen médical. Le médecin me fit faire des examens approfondis, mais on ne pouvait plus déceler la moindre trace de la maladie de Crohn dans mon corps. Le spécialiste était très surpris et il m’a alors permis d’arrêter complètement mon traitement. Depuis cette date, tout va toujours bien.

Lionel - un nouveau commencement

Ca fait quelques temps que je visite votre site qui est très bien fait. Je me permets de vous laisser ce message, qui est en fait un message de gratitude.

En effet, il y a un peu plus de 2 ans, j'ai poussé les portes de votre Eglise pour savoir qui était Dieu. A cette époque, j'étais en révolte contre Dieu et je voulais savoir si cette rébellion serait définitive. Avant, dans ma tendre enfance, j'étais croyant, mais le monde aidant je me suis détourné de Dieu. En venant chez vous, j'ai découvert l'amour que des personnes pouvaient nourrir pour Dieu, j'y ai vu l'ardeur de votre foi et le bien que ça pouvait procurer à un spectateur aussi sceptique que moi. J'y ai entendu des messages forts et remplis de sens, en bref, mon coeur recommençait à battre pour Dieu...
C'est un remerciement car il y a un an je me suis converti à Dieu et il y a 6 mois je me suis fait baptiser. Ma volonté de servir notre Seigneur et Père s'exacerbe de jour en jour. Je suis des cours pour en savoir plus sur la vie de Jésus, je m'engage auprès de mon Eglise. J'écris ce message car il est important pour moi de savoir témoigner en dehors de mon Eglise de ce que Dieu a fait pour moi.
Alors, merci à vous de m'avoir accueilli le temps de 2 cultes, merci d'avoir pris le temps de m'expliquer certaines choses et merci pour cet amour que vous vouez à Dieu.

Myriam - à la recherche de l'Amour

Myriam est née à Gand et elle y a commencé une enfance sans problèmes dans un entourage familial idéal. Quand elle eut six ans, sa famille vint habiter en Wallonie. Elle a poursuivi des études tout à fait normales dans une école libre. Tout était donc pour le mieux à tout point de vue.

Malheureusement, son père et sa mère commencèrent à s’entendre moins bien et le foyer fit naufrage. Myriam fut placée à l’internat pendant l’année scolaire et dans des camps de vacances pendant les vacances. Sa mère dut être soignée par des électrochocs et des cures de sommeil.

Dans de telles circonstances, il est facile de comprendre que l’affection ait manqué à Myriam. Elle commença à éprouver un grand besoin d’être aimée.

Elle devint alors très pratiquante et chanta dans la chorale de sa paroisse. Cela ne l’empêcha pas de commencer à fumer jusqu’à l’écœurement : trois paquets par jour à vingt ans. Elle devint aussi une fille qui changeait de flirt sans arrêt.

Elle entra en contact avec des chrétiens en 1975. Ce qui la surprit le plus, ce fut d’entendre comment ils priaient le Seigneur Jésus tout haut avec leurs mots à eux. C’était très différent des prières toutes faites de la religion.

Elle participa à une réunion à Bruxelles et elle entendit parler de la NOUVELLE NAISSANCE. L’orateur avait choisi comme sujet le dialogue de Jésus avec Nicodème. Il invita les personnes qui voulaient tout recommencer à zéro à RECEVOIR JÉSUS dans leur vie. Myriam le fit et ce fut le début d'une VIE NOUVELLE.

Myriam a compris que Jésus est mort sur la croix pour elle personnellement, ses péchés ont été pardonnés. Elle a été totalement délivrée de sa vie volage et sans but.

Elle m’a dit : « Oui, l’amour existe. Dieu me l’a donné. Les choses du passé sont effacées. Jésus m’a fait NAÎTRE DE NOUVEAU et il m’a comblée. »

« L’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs. » (Rom. 5,5)

« Quiconque est uni à Jésus est une NOUVELLE CRÉATURE, ce qui est ancien s’en est allé, du nouveau est né. » (2 Cor. 5,17)

Danièle - la bonne éducation n'est pas tout

Danièle vient d’une famille protestante. Elle a reçu une éducation très stricte, à tel point que le moindre petit mensonge était considéré comme une chose très grave.

A treize ans déjà, elle ne se sentait pas en règle avec Dieu et elle était poursuivie par la peur de mourir. Pourtant elle voulait plaire à Dieu et le connaître. A quinze ans, elle alla voir le pasteur qui l’amena à accepter Jésus comme son maître pour obéir à sa Parole.

Cependant cela ne suffisait pas pour NAÎTRE DE NOUVEAU et elle continua à craindre la mort. Quelques années passèrent. C’est alors qu’elle comprit que Jésus était aussi son Sauveur, qu’il avait porté ses péchés et sa condamnation en mourant sur la croix et qu’il suffisait de lui faire confiance pour être SAUVÉ et avoir une VIE NOUVELLE.

Danièle a cru ce que Dieu dit dans la Bible par la plume de l’apôtre Jean : « Je vous ai écrit ces choses de façon que vous sachiez bien, vous qui avez la foi dans le Fils de Dieu, que vous avez la VIE ÉTERNELLE. » Par cette parole de Dieu, la certitude inébranlable d’être sauvée est venue en elle.

Sa timidité, ses craintes et ses complexes ne sont plus qu’un mauvais souvenir : « Je suis devenue une AUTRE PERSONNE épanouie comme jamais je ne l’avais été. »

« Dieu nous a rendus à la vie par le Christ. C’est par le don gratuit de sa faveur que vous avez été sauvés par le moyen de la foi. Ce salut ne vient pas de vos actes, c’est un don de Dieu. » (Eph. 25,5 et 8)

« Nous sommes transformés, nous devenons une image de Dieu de plus en plus resplendissante par l’action du Seigneur. » (2 Cor. 3,18)

Christophe - le Kung Fu, et après?

Christophe a eu de la chance de naître dans un foyer chrétien. Il a donc connu le Seigneur dès son jeune âge. Après un itinéraire chrétien classique : baptême à douze ans et catéchisme pendant trois ans, il a décidé d’abandonner les réunions de son assemblée chrétienne. Il s’est alors inscrit dans un club d’arts martiaux et s’est initié à la pratique du Kung-Fu. Cette discipline chinoise, comme tous les autres arts martiaux n’est pas seulement un sport. Elle comporte une dimension religieuse indéniable. Chaque séance commençait par une espèce de cérémonie religieuse que Christophe décrit ainsi :

« Lorsque je rentrais dans la salle d’entraînement, je devais exécuter le salut traditionnel. Il s’agissait de se prosterner devant un autel sur lequel reposaient des statues qui représentaient les gardiens spirituels du lieu : le dragon terrestre rouge de la religion chinoise entre autres. »

Il est clair que ce «sport » entraîne ses adeptes à rendre un culte à des dieux païens. Christophe en a été convaincu quand le Seigneur lui a montré qu’il n’approuvait pas ces pratiques. Voici ses propres mots :

« Quand Dieu m’a averti qu’il me fallait abandonner le Kung-Fu, j’étais à l’entraînement. Les choses spirituelles qu’on y faisait depuis trois ans m’avaient toujours parues anodines. Mais ce jour-là, tout à coup, je me suis rendu compte que Dieu détestait que je rende un culte au maître, aux statues de la religion chinoise et aux esprits des anciens. Ce fut la dernière fois que j’y mis les pieds. Mais je me demandais toujours pourquoi le Kung-Fu déplaisait tant à Dieu. Une nuit, j’ai eu un songe particulièrement marquant, le genre de rêve dont on se réveille complètement sous le choc de ce qu’on a vu. Dans ce rêve, je m’avançais, en compagnie de mon frère, vers deux immenses portes fermées d’un temple oriental. Quand nous sommes arrivés près d’elles, elles se sont ouvertes d’elles-mêmes. En entrant à l’intérieur de l’édifice, nous avons vu qu’il était rempli de personnes. Ces gens faisaient partie de toutes sortes d’écoles d’arts martiaux et de sports de combat. Nous pouvions les reconnaître à leur tenue. Il y avait là même des personnes en tenue militaire qui pratiquaient le Close Combat. Mon frère et moi sommes allés vers les gens que nous connaissions de notre école de Kung-Fu. C’est alors que toute la salle s’est agenouillée pour le salut. Il y avait un autel contre un mur et tout le monde se prosternait dans cette direction. Puis l’entraînement commença. Pendant celui-ci, mon frère commença à se battre avec quelqu’un d’une autre école d’arts martiaux. Mon frère le projeta au sol brutalement. Cet homme se remit debout subitement et me regarda droit dans les yeux. Son kimono s’était complètement ouvert dans sa chute et un vent étrange sortait de son ventre et de sa poitrine en sifflant. Comme il voyait que je m’interrogeais à ce sujet, il me dit : « Ce vent, c’est mon être, c’est ce qui transpire de moi ! » C’est alors que je me suis réveillé brusquement. Je n’y comprenais rien, mais je savais que Dieu m'avait parlé. Quelques jours plus tard, le Seigneur me conduisit à lire ce passage de la Bible : « Vous étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois, selon le train de ce monde, selon le prince de la puissance de l'air, de l'esprit qui agit maintenant dans les fils de la rébellion. » (Ephésiens 2 : 1-2). J’ai aussitôt compris que ce vent qui sortait de l’homme, c’était ce Prince de la Puissance de l'Air, une force démoniaque. Dieu voulait me montrer pourquoi les arts martiaux sont tellement haïssables à ses yeux. Outre la question de la violence, on y a recours à des forces occultes que certains appellent "énergie" ( chi en chinois, ki en japonais, prana en sanskrit). »
Aujourd’hui, Christophe est REVENU de tout son cœur AU SEIGNEUR et son but est de le servir et de le glorifier.

« Vous étiez ténèbres, mais à présent que vous êtes LUMIÈRE DANS LE SEIGNEUR, vivez dans la lumière. » (Eph. 5,8)

« C’est le dragon énorme, rouge-feu… on se prosterne devant le dragon… le Seigneur maîtrise le dragon, l’antique serpent, Satan… il le jette dans l’abîme. » (Apo. 12,4 ; 13,4 et 20,2-3)

Richard - l'effort inutile

Une  vie bâtie sur le travail, la force de caractère et la réussite, voilà ce que Richard s’était fixé comme idéal. Fils de commerçants, ces valeurs faisaient partie de son éducation, seulement le principal manquait, car Dieu était complètement ignoré.

A l’âge de dix-huit ans, il commença à se poser des questions. Il ne retrouvait pas en lui ces belles qualités que ses parents avaient voulu lui inculquer depuis son enfance. Ce n’était que façade qui ne correspondait à rien d’intérieur.

Pour obtenir ce changement, Richard commença par rechercher du côté de la méditation zen et du judo. Il pensait que ces disciplines lui apporteraient la paix, la confiance en soi et un nouvel idéal. Mais la solution n’était pas là.

Il rencontra un psychologue qui était rempli de théories, mais qui n’avait pas lui-même résolu ses propres problèmes. Un peu plus tard, cet homme devint chrétien.

Richard se laissa convaincre par lui d’assister à une réunion chrétienne. Après quelques hésitations, il décida de tenter l’expérience et de suivre Jésus. Il se mit à lire le Nouveau Testament.

Il pensait alors pouvoir améliorer sa vie en faisant des efforts. Il voulait suivre la Bible et vivre en chrétien par lui-même. Il désirait faire le bien de tout son cœur, mais il en était incapable.

C’est alors qu’un chrétien lui fit lire ce passage : « Je voudrais faire le bien, mais c’est le mal dont je suis capable et je suis prisonnier du péché qui est en moi. Malheureux que je suis ! Qui me délivrera de cette condition de pécheur qui me voue à la mort ? Que Dieu qui m’en a effectivement DÉLIVRÉ soit remercié par JÉSUS-CHRIST notre Seigneur. » (Rom. 7,21-25)

Richard reçut Jésus dans sa vie. L’impossible est devenu possible dans la COMMUNION AVEC JÉSUS : sa vie changea, la Bible devint réelle et concrète et il réalisa ce que Dieu avait fait pour lui par Jésus. Jésus est maintenant son Seigneur qui dirige sa vie.

« Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » (Gal.2, 20)

Photos aléatoires

  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires
  • Images aléatoires